Le régime liechtensteinois de sécurité sociale (non-salariés)

2014

A. Généralités

Le régime de protection sociale liechtensteinois est de type général ; il n'existe pas de régime spécial pour les travailleurs indépendants. C'est ainsi que, pour la plupart des branches d'assurance, les mêmes dispositifs s'appliquent tant aux travailleurs salariés qu'aux indépendants. Toutefois, la couverture contre certains risques, qui est obligatoire pour les salariés, repose seulement sur une base volontaire pour les travailleurs indépendants et concernant l'assurance chômage, celle-ci ne vise que les travailleurs salariés sans possibilité d'affiliation volontaire pour les indépendants. Dans la note qui suit, seule la protection sociale qui concerne les travailleurs indépendants sera abordée (travailleurs salariés : Cf. Note sur le régime liechtensteinois de sécurité sociale – salariés). Par ailleurs, dans chacune de ces notes les prestations pouvant être servies uniquement sous condition de résidence (prestations en nature en cas de maladie, prestations familiales) seront également reprises.

Le régime de protection sociale liechtensteinois couvre les travailleurs indépendants contre les risques vieillesse, invalidité et survivants et leur sert des prestations familiales dans les mêmes conditions que pour les travailleurs salariés. Concernant les risques maladie et maternité, les travailleurs indépendants sont seulement obligatoirement couverts en matière des prestations en nature. Pour pouvoir bénéficier des prestations en espèces de ces risques, le travailleur indépendant peut souscrire une assurance volontaire. C'est également ainsi que l'assurance accidents du travail et maladies professionnelles n'est pas obligatoire pour les travailleurs indépendants, mais il existe une possibilité d'y souscrire sur une base volontaire. Il n'existe pas de possibilité d'assurance volontaire contre le risque chômage.

1) Organisation administrative

Sous la tutelle du Ministère des Affaires Sociales :

Sous la tutelle du Ministère des Affaires Intérieures, de la Justice et de l'Économie :

2) Financement

Organisme de recouvrement des cotisations :

  • Liechtensteinische AHV-IV-FAK
    Gerberweg 2
    9490 Vaduz
    Liechtenstein
    Tél : 00.423.238.16.16
    Fax : 00.423.238.16.00
    www.ahv.li
    Courriel : ahv@ahv.li
Travailleurs indépendants : taux de cotisations au 1er janvier 2014
Branches Cotisation
Maladie-maternité – prestations en nature Prime sous montant fixe (en moyenne : 296 CHF*/mois)
Maladie-maternité - prestations en espèces (assurance volontaire) Prime (1)
Invalidité (IV) 1,5 %
Vieillesse, survivants (AHV) 7,8 %
Accident du travail (assurance volontaire) en fonction du risque
Prestations familiales (FAK) 1,9 %
Contribution aux frais administratifs (VK) 0,4704 %

(1) Primes perçues en montants fixes ou en pourcentage du revenu.

Les taux de cotisations sont appliqués sur la totalité des revenus professionnels du travailleur indépendant.

L'assurance au titre de la prévoyance professionnelle (2nd pilier), qui complète la pension de vieillesse, de survivants et d'invalidité du 1er pilier, n'est pas obligatoire pour les travailleurs indépendants. Il existe une possibilité d'assurance volontaire. Le montant de la cotisation dépend alors des institutions de prévoyance.

Les travailleurs indépendants ne sont pas assurés pour le risque chômage. Il n'existe pas de possibilité d'assurance volontaire.

* Au 15 septembre 2014, 1 Franc suisse (CHF) vaut 0.83 euro

B. Maladie-maternité

Les travailleurs indépendants sont seulement couverts de façon obligatoire pour les prestations en nature de l'assurance maladie-maternité. Pour pouvoir bénéficier des indemnités journalières en cas de maladie ou de maternité, le travailleur indépendant doit souscrire une assurance volontaire.

1) Maladie

a) Prestations en nature

Les soins de santé sont servis sous le principe de couverture individuelle et sans condition de stage aux personnes qui résident ou exercent une activité professionnelle au Liechtenstein. Il convient de s'assurer individuellement auprès d'une des trois caisses privées d'assurance maladie (au choix de l'assuré) autorisées par le gouvernement à pratiquer l'assurance maladie au titre du régime légal.

Les prestations sont servies dans le cadre de deux régimes obligatoires différents, à savoir l'assurance maladie de base et l'assurance maladie « élargie ». Cette dernière couvre une partie supplémentaire des coûts de consultations chez les médecins non-conventionnés.

Médecins

L'assuré choisit librement parmi les médecins généralistes et spécialistes agréés par l'Office de la santé (Amt für Gesundheit - AG). Il ne paie pas d'honoraires au médecin sous contrat avec la fédération des assureurs santé ; le médecin est payé directement par la caisse d'assurance. Si l'assuré consulte un médecin non-conventionné, il doit faire l'avance des frais et peut ensuite se faire rembourser une partie des frais en vertu de l'assurance complémentaire proposée par les caisses d'assurance dans la limite du tarif applicable.

La participation du patient* se compose d'une franchise annuelle obligatoire s'élevant à 200 CHF (2014) et d'une participation proportionnelle aux frais de santé, soit 10 % des coûts dépassant la franchise. Toutefois, la participation du patient ne peut pas être supérieure à 600 CHF par an.

exemple :

  • Les coûts annuels de traitement (médecin, médicaments, ambulances, etc.) s'élèvent à 3 000 CHF. L'assuré paie la franchise s'élevant à 200 CHF plus 10 % des frais excédants (10 % de 2 800 CHF), soit 200 + 280 = 480 CHF.

* Les assurés ayant atteint l'âge légal de la retraite bénéficient d'une réduction de la participation aux frais de 50 % (soit une franchise annuelle obligatoire s'élevant à 100 CHF, plus 10 % des coûts excédants dans la limite d'une participation totale de 300 CHF). Sont entièrement exemptés de la participation aux frais :

Hospitalisation

Il n'y a qu'un seul hôpital au Liechtenstein. Toutefois, le gouvernement liechtensteinois a passé des conventions tarifaires avec des hôpitaux étrangers situés à proximité du pays.

Le patient choisit librement l'hôpital dans lequel il souhaite être admis. Les frais d'examens, de traitements, les repas et l'hébergement font l'objet d'une prise en charge par l'assurance, qui est plus importante si les soins sont fournis dans un hôpital conventionné que s'ils sont fournis dans un hôpital non conventionné. Dans les deux cas, le patient est en règle générale redevable d'une participation aux frais d'hospitalisation. Celle-ci se compose d'une franchise annuelle et d'une participation proportionnelle aux frais de santé dans la limite d'un certain montant annuel (voir « participation du patient » sous la rubrique Médecins ci-dessus).

Sont entièrement exemptés de toute participation aux frais d'hospitalisation :

Les assurés ayant atteint l'âge légal de la retraite paient une participation à taux réduit de 50 % (Cf. ci-dessus).

Soins dentaires

Les soins dentaires sont pris en charge lorsqu'ils sont occasionnés par une maladie grave non évitable du système de mastication ou lorsqu'ils sont occasionnés par une autre maladie grave ou ses conséquences, ou enfin s'ils sont nécessaires pour traiter une maladie grave ou ses séquelles.

Le traitement des caries, les examens et les corrections de mâchoires sont pris en charge pour les enfants scolarisés.

Il existe des possibilités de souscrire à une assurance volontaire pour les soins dentaires (s'adresser aux caisses d'assurance).

Produits pharmaceutiques

Seuls les médicaments prescrits par le médecin et inscrits sur une liste sont pris en charge. Participation du patient : voir Médecins ci-dessus).

b) Prestations en espèces (assurance volontaire)

Les travailleurs indépendants ne sont pas couverts obligatoirement contre le risque d'incapacité temporaire en cas de maladie. Pour pouvoir bénéficier des prestations en espèces de l'assurance maladie, il convient pour ces derniers d'avoir souscrit une assurance volontaire auprès d'un assureur privé.

En cas d'incapacité totale de travail, les indemnités journalières sont versées pendant une durée au moins égale à celle des salariés.

L'indemnité de maladie est soumise à l'impôt.

2) Maternité

a) Prestations en nature

Les soins liés à la maternité visent les femmes résidant ou exerçant une activité professionnelle au Liechtenstein.

Les soins sont totalement pris en charge pendant toute la durée de la grossesse et pendant 10 semaines après l'accouchement si à la date présumée de l'accouchement, la mère justifie d'au moins 9 mois d'assurance sans interruption de plus de 3 mois.

b) Prestations en espèces

Indemnités journalières (assurance volontaire)

Les travailleurs indépendants n'ouvrent en principe pas droit aux indemnités journalières de maternité ; celles-ci ne sont octroyées que lorsqu'une assurance volontaire auprès d'un assureur privé a été contractée.

En cas d'assurance volontaire, les indemnités journalières sont versées pendant 20 semaines dont au moins 16 après l'accouchement. Le montant des indemnités journalières dépend du choix des revenus assurés par le travailleur indépendant (jusqu'à 100 % des revenus).

Les indemnités journalières sont imposables.

Allocation de maternité

Les mères qui ne sont pas couvertes au titre des indemnités journalières de l'assurance maternité, ou dont les revenus professionnels n'ouvrent droit qu'à une indemnité journalière très faible, peuvent prétendre à une allocation de maternité (mutterschaftszulage) dont le montant est fonction du revenu du conjoint et du nombre d'enfants à charge. Cette allocation est versée en une seule fois par l'Office de la Santé (AMT für Gesundheit). En 2014, le montant minimum de l'allocation est fixé à 500 CHF et le montant maximum est de 4 500 CHF (il existe cinq taux différents de l'allocation ; à savoir 500 CHF, 1 400 CHF, 2 300 CHF, 3 200 CHF et 4 500 CHF).

Le droit à l'allocation expire 3 ans après la naissance de l'enfant.

L'allocation de maternité n'est pas soumise à l'impôt.

C. Assurance accidents (volontaire)

Pour pouvoir bénéficier des prestations de l'assurance accidents, les travailleurs indépendants doivent s'assurer volontairement auprès d'une des compagnies d'assurance privées reconnues par le gouvernement liechtensteinois.

L'assurance accidents couvre les accidents du travail, les maladies professionnelles et les accidents non professionnels. Le droit aux prestations est ouvert sans condition de durée minimum d'affiliation.

Les maladies professionnelles font l'objet d'une liste. Toutefois, sans y figurer, certaines maladies peuvent être reconnues comme telles si elles sont causées exclusivement ou principalement par l'exercice de l'activité professionnelle.

a) Prestations en nature

Les assurés peuvent choisir le médecin ou l'hôpital conventionné auprès duquel ils souhaitent recevoir les soins. Tous les soins liés à l'accident sont entièrement pris en charge par les assureurs privés.

b) Prestations en espèces

Incapacité temporaire

L'assuré bénéficie des indemnités journalières dont le montant varie en fonction du degré d'incapacité, jusqu'à rétablissement de la capacité de travail ou jusqu'au constat d'une incapacité permanente. L'assuré doit être atteint d'un degré d'incapacité au moins égal à 25 %.

L'indemnité est versée à partir du 2ème jour d'incapacité de travail pour, en principe, un montant égal à 80 % du revenu de référence*. Le montant de l'indemnité journalière est réduit de moitié si le degré d'incapacité est compris entre 25 % et 50 %.

* Le revenu annuel de référence ne peut pas excéder 126 000 CHF.

Incapacité permanente

L'octroi d'une rente pour incapacité suppose une réduction permanente de la capacité de travail d'au moins 10 %.

Le montant de la rente est égal à 80 % du revenu de référence pour une invalidité totale (vollinvalidität). Il est proportionnellement réduit lorsque l'invalidité est partielle (teilinvalidität).

Cumuls :

  • La rente peut être intégralement cumulée avec un revenu professionnel.
  • Si l'assuré perçoit une pension d'invalidité (IV), de vieillesse ou de survivants (AHV), il aura droit à une pension complémentaire (komplementärrente) correspondant à la différence entre 90 % du revenu de référence et la pension versée au titre de l'assurance IV/AHV.

Indemnité pour atteinte à l'intégrité : une indemnité d'un versement unique peut être octroyée à l'assuré qui souffre du fait de l'accident d'un préjudice considérable et permanent affectant son intégrité physique ou psychique. Le montant de l'indemnité est échelonné suivant le degré du préjudice, dans la limite de 126 000 CHF.

Survivants

Peuvent se prévaloir d'une pension de survivants en cas de décès de l'assuré des suites d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle :

D. Invalidité, Vieillesse, Survivants

1) Invalidité

L'assurance invalidité au Liechtenstein se compose d'un premier pilier – système de base qui couvre toutes les personnes travaillant ou résidant au Liechtenstein – ainsi que d'un régime complémentaire (2ème pilier), c'est-à-dire la prévoyance professionnelle qui peut faire l'objet d'une couverture obligatoire ou volontaire en fonction des catégories socioprofessionnelles.

Pour les travailleurs indépendants, seul le premier pilier est obligatoire. Il existe une possibilité d'affiliation volontaire au 2ème pilier.

PREMIER PILIER

a) Pension d'invalidité
Conditions

Les pensions du 1er pilier sont servies à toutes les personnes résidant au Liechtenstein et qui justifient d'au moins une année de cotisations.

Les prestations de l'assurance invalidité sont servies si les mesures de réadaptation ont échoué. Il s'agit de permettre à l'assuré d'exercer une activité professionnelle malgré son invalidité. Pour cela, il est envisagé une reconversion professionnelle et une réinsertion professionnelle progressive, pendant lesquelles l'assuré peut percevoir des indemnités journalières.

Si aucune mesure de réadaptation n'est concluante, une pension peut être versée à l'intéressé qui remplit la condition de durée minimum de cotisations.

Détermination du montant et durée d'indemnisation

Le montant de la rente est fonction du degré d'invalidité, du revenu moyen de référence et de la durée d'assurance de l'assuré.

Le degré d'invalidité est apprécié en évaluant en pourcentage la perte de revenus entre le revenu perçu par une personne valide et celui perçu par une personne invalide pour un travail identique.

exemple :

  • Revenus d'une personne invalide : 3 000 CHF ; revenus d'une personne valide : 5 000 CHF. La perte de revenus est de 2 000 CHF soit 40 % de 5 000 CHF, soit un degré d'invalidité de 40 %.

Le revenu annuel de référence se compose des revenus de l'assuré perçus pendant toute la carrière et des revenus éventuels de remplacement (périodes d'inactivité, d'éducation et de garde des enfants). Si l'invalidité survient avant l'âge de 45 ans, le revenu annuel moyen est augmenté d'une majoration de carrière (karrierezuschlag). Enfin, en application de la méthode du "splitting", les revenus perçus pendant les années de mariage sont divisés par deux lorsque les deux conjoints ouvrent droit à une pension de vieillesse, lorsqu'un veuf ou une veuve a droit à une pension de vieillesse ou d'invalidité, ou lorsque le mariage est dissout par le divorce.

La durée d'assurance permet de déterminer le barème (1 à 43) applicable à la pension qui dépend elle-même du revenu annuel moyen de l'assuré.

Trois types de pensions sont servis :

La pension complète est servie pour un montant maximum mensuel de 2 320 CHF et un montant minimum mensuel de 1 160 CHF lorsque l'assuré justifie d'une période d'assurance continue depuis l'âge de 20 ans jusqu'à la date de la réalisation du risque (barème 43). Le montant des pensions partielles est proportionnel à la carrière d'assurance (barème de 1 à 42).

La pension est majorée de 40 % du montant minimum du barème applicable au parent ayant un enfant à charge.

La pension est servie sur treize mois (deux versements en décembre).

Cumul :

La pension d'invalidité peut être cumulée avec la pension de vieillesse anticipée. En cas d'ouverture de droit simultanée à la pension d'invalidité et à la pension de survivant, seule la pension la plus élevée est servie. La pension d'invalidité est majorée lorsque le bénéficiaire ouvre droit à d'autres prestations en espèces de sécurité sociale. Enfin, le cumul avec un revenu professionnel est possible tant que le degré d'invalidité de l'assuré ne diminue pas.

b) Allocations supplémentaires

Les personnes résidant au Liechtenstein atteintes d'une incapacité permanente peuvent éventuellement prétendre à une allocation dite de dépendance (hilflosenentschädigungen) ou à une allocation dite pour cécité (blindenbeihilfe), servies dans le cadre de l'assurance invalidité. Ces deux allocations, non liées aux revenus du bénéficiaire, sont versées sous seule condition de résidence. Sous condition de ressources, il peut également être attribué une allocation complémentaire pour les pensionnés (ergänzungsleistungen) dont le montant est fonction de la situation familiale du demandeur.

En 2014, le montant mensuel de l'allocation de dépendance correspond à 464 CHF, 696 CHF ou 928 CHF en fonction du degré de l'invalidité.

Le montant de l'allocation pour cécité pour les personnes âgées de plus de 18 ans correspond à 324 CHF, 486 CHF ou 648 CHF par mois en fonction de la gravité de la cécité. Les personnes âgées de moins de 18 ans bénéficient de 50 % de ces montants.

Le montant maximum de l'allocation complémentaire pour les pensionnés correspond à :

Demande d'allocation :

Les demandes d'allocations supplémentaires se font auprès de l'Institution d'assurance invalidité (Liechtensteinische AHV).

DEUXIEME PILIER (assurance volontaire)

Seuls les travailleurs indépendants y ayant volontairement adhéré, sont couverts sous le régime complémentaire (2ème pilier) de l'assurance invalidité.

Aucune durée minimale d'affiliation n'est exigée pour l'ouverture de droit à la pension d'invalidité du 2ème pilier.

Le taux d'invalidité est déterminé de la même manière que dans le 1er pilier (voir ci-dessus).

En cas d'invalidité totale, la pension versée par l'organisme de prévoyance ne peut pas être inférieure à 30 % du revenu pris en compte avec une majoration de 6 % par an pour un enfant à charge. En cas d'invalidité partielle, les prestations sont diminuées en fonction du degré d'invalidité. Il n'existe pas de pension maximum prévue par la loi.

2) Vieillesse et Survivants

Comme pour l'assurance invalidité (voir ci-dessus), l'assurance vieillesse et survivants (Alters- und Hinterlassenenversicherung - AHV) se compose d'un premier pilier – système de base qui couvre toutes les personnes travaillant ou résidant au Liechtenstein – ainsi que d'un régime complémentaire (2ème pilier), c'est-à-dire la prévoyance professionnelle qui peut faire l'objet d'une couverture obligatoire ou volontaire en fonction des catégories socioprofessionnelles.

Pour les travailleurs indépendants, seul le premier pilier est obligatoire. Il existe une possibilité d'affiliation volontaire au 2ème pilier.

PREMIER PILIER

a) Pension de vieillesse

Conditions

Les pensions de vieillesse du 1er pilier sont servies à toutes les personnes résidant au Liechtenstein ayant atteint l'âge légal de la retraite et qui justifient d'au moins une année de cotisations.

L'âge légal de la retraite au Liechtenstein est fixé à 64 ans. Le régime de l'âge de la retraite flexible (Flexibles Rentenalter) prévoit la possibilité de l'octroi d'une retraite anticipée à compter de l'âge de 60 ans, ainsi que la possibilité d'opter pour un report de la liquidation de la pension de vieillesse jusqu'à l'âge de 70 ans (Cf. Anticipation et Prorogation ci-dessous).

La pension dite « complète » est servie lorsque l'assuré justifie d'une période d'assurance continue depuis l'âge de 20 ans.

Montant

Le montant de la pension de vieillesse dépend de la durée d'assurance et du revenu annuel moyen de référence de l'assuré.

La durée d'assurance permet de déterminer le barème (1 à 43) applicable à la pension qui dépend elle-même du revenu annuel de référence.

Le revenu annuel de référence se compose des revenus perçus pendant toute la carrière et des revenus éventuels de remplacement (périodes d'inactivité, d'éducation et de garde des enfants). De même comme pour l'assurance invalidité, en application de la méthode du "splitting", les revenus perçus pendant les années de mariage sont divisés par deux lorsque les deux conjoints ouvrent droit à une pension de vieillesse, ou lorsqu'un veuf ou une veuve a droit à une pension de vieillesse ou d'invalidité ou lorsque le mariage est dissout par le divorce.

La pension à taux plein est servie si l'assuré justifie d'une carrière d'assurance ininterrompue entre l'âge de 20 ans et l'âge légal de la retraite. Dans ce cas, le montant mensuel de la pension se situe entre 1 160 CHF et 2 320 CHF (2014) en fonction des revenus de référence de l'assuré (barème 43). Le montant des pensions partielles est proportionnel à la carrière d'assurance (barème de 1 à 42).

La pension est majorée de 40 % du montant minimum du barème applicable au parent ayant un enfant à charge.

La pension est servie sur treize mois (deux mensualités au mois de décembre).

Anticipation

La pension peut être servie dès l'âge de 60 ans avec un taux de réduction compris depuis le 01.01.2012 entre 0,46 % (pour un mois d'anticipation) et 19,5 % compte tenu de la durée d'anticipation (pour les personnes nées en 1956 et après). Selon les anciennes règles, la pension était réduite de 0,25 % à 16,5 % compte tenu de la durée d'anticipation.

Prorogation

Le report de la liquidation de la retraite est admis jusqu'à l'âge de 70 ans avec une majoration de la pension comprise entre 5,22 % (prorogation d'un an) et 40,71 %, suivant la durée du report.

Cumul

La pension de vieillesse (y compris la pension anticipée) peut être cumulée avec tout revenu tiré d'une activité professionnelle.

b) Pension de survivants

Peuvent prétendre à une pension de survivants (à condition que le défunt ait justifié d'au minimum une année de cotisations) :

Le montant de la pension du conjoint survivant est égal à 80 % de la pension qu'aurait perçue l'assuré décédé. Elle est versée sans limite de durée pour le bénéficiaire ayant un enfant à charge ou le bénéficiaire âgé d'au moins 45 ans lorsque le mariage a duré au minimum 5 ans. Sinon, la durée du versement est comprise entre 2 et 5 ans en fonction de la durée du mariage et de l'âge du conjoint survivant. Enfin, le versement de la pension est supprimé en cas de remariage.

Le montant de la pension du conjoint divorcé est égal à 80 % de la pension qu'aurait perçue l'assuré décédé, dans la limite du montant de la pension alimentaire dont bénéficiait le conjoint divorcé.

Les orphelins ont droit à 40 % de la pension de l'assuré en cas de décès d'un seul parent, ou 40 % de la pension de chacun des parents en cas de décès du père et de la mère.

En 2014, la pension d'orphelin minimum mensuelle est égale à 464 CHF et la pension de conjoint survivant minimum mensuel est fixée à 928 CHF.*

L'ensemble des pensions des orphelins est réduit si le total des pensions de survivants est supérieur à 10 % du revenu annuel moyen de référence pour le calcul de la pension.

* Les montants minimum s'appliquent uniquement lorsque le défunt justifiait d'une durée de cotisations ininterrompue.

DEUXIEME PILIER (assurance volontaire)

a) Vieillesse

Conditions

Seuls les travailleurs indépendants y ayant volontairement adhéré, sont couverts sous le régime complémentaire (2ème pilier) de l'assurance vieillesse.

L'âge légal de la retraite est en principe fixé à 64 ans comme pour le premier pilier. Toutefois, un autre âge peut avoir été fixé par le régime de prévoyance.

L'ouverture de droit à la pension au titre du régime de prévoyance professionnelle n'est pas soumise à une durée minimum d'affiliation.

Montant

Le montant de la pension dépend du capital vieillesse individuel accumulé. Un capital peut être servi à la place de la pension de vieillesse. Il n'existe pas de montant maximum de la pension fixé par la loi.

Les pensions sont soumises à l'impôt.

Anticipation et prorogation

Les conditions de liquidation d'une pension anticipée ou d'une pension différée sont fixées par le règlement des organismes de prévoyance.

b) Survivants

Seuls les travailleurs indépendants y ayant volontairement adhéré, sont couverts sous le régime complémentaire (2ème pilier) de l'assurance survivants.

Aucune durée minimum d'affiliation du défunt n'est exigée pour l'ouverture de droits à pension des survivants.

Peuvent prétendre à une pension de survivants du 2ème pilier :

Le montant de la pension du conjoint survivant est au moins égal à 18 % du revenu pris en compte pour le calcul de la retraite si le défunt est décédé avant d'avoir atteint l'âge légal de la retraite, ou 60 % de la pension du défunt en cas de décès après cet âge. Le versement de la pension est supprimé en cas de remariage, sinon il n'existe pas de limite de durée de versement.

Les orphelins bénéficient d'une pension annuelle d'au minimum 6 % du revenu pris en compte pour le calcul de la retraite si le décès du parent survient avant l'âge légal de la retraite, ou 20 % de la pension du défunt en cas de décès survenu après cet âge.

E. Prestations familiales

Les prestations familiales sont servies sous conditions de résidence ou de travail au Liechtenstein.

1) Allocations familiales

Les allocations familiales (kinderzulagen) sont servies aux personnes (parents, grands-parents, beaux-parents, famille d'accueil) résidant ou travaillant au Liechtenstein et ayant au moins un enfant à charge âgé de moins de 18 ans. Elles peuvent également être servies aux orphelins de père et de mère.

Le montant est fonction du nombre et de l'âge des enfants à charge. En 2014, les montants mensuels s'élèvent à :

2) Allocations de naissance et d'adoption

Une allocation de naissance ou d'adoption (geburtszulagen) d'un montant de 2 300 CHF est versée à l'occasion de la naissance ou de l'adoption d'un enfant âgé de moins de 5 ans. En cas de naissances multiples, le montant de l'allocation est fixé à 2 800 CHF par enfant en 2014.

3) Allocation de parent isolé

Le parent isolé reçoit une allocation supplémentaire (alleinerziehendenzulagen) pour chacun de ses enfants. En 2014, le montant mensuel de l'allocation est égal à 110 CHF.