Les cotisations au Chili

2017

Travailleurs salariés

Taux de cotisation au 1er janvier 2017
Risques Employeurs Salariés Plafond mensuel en pesos3
Vieillesse, invalidité, survivants 1,41 %1 10 % +
entre 0,41 et 1,54 %2
2 002 892,55
Maladie - maternité - 7 % 2 002 892,55
Accident du travail - Maladie professionnelle entre 0,95 et 3,4 %
suivant les risques
- 2 002 892,55
Chômage4 entre 2,4 et 3 % selon le type de contrat 0,6 % : CDI
0 si CDD
 
3 003 015,91
Total entre 4,76 et 7,81 % entre 18,01et 19,14 %  

1 Cotisations d'assurance invalidité et survivants - Taux en vigueur jusqu'au 30 juin 2018

2 Taux fixe de 10 % versé sur le compte individuel + commission variable versée à l'AFP (Administradora de Fondos de Pensiones)

3 Au 24 mars 2017, 1 peso (CLP) vaut 0,00139 euro

4 La cotisation est répartie entre l'employeur et le salarié pour les contrats à durée indéterminée. Pour les contrats à durée déterminée, la cotisation (3 %) est à la charge exclusive de l'employeur.

Les plafonds mensuels sont calculés selon un nombre d'Unidades de Fomento (UF)* multiplié par leur valeur au moment du paiement des cotisations, soit 26 458,29 CLP en mars 2017 :

* L'unidad de Fomento (UF) est une unité de compte couramment utilisée au Chili. Elle a été introduite en janvier 1967 afin de neutraliser les effets de l'inflation sur un certain nombre de grandeurs économiques. Établie à l'initiative du principal régulateur bancaire chilien, la SBIF (Superintendance des Banques et des Institutions Financières), l'UF a été à l'origine principalement créée à destination du secteur financier.

Au 1er janvier 2017, le salaire mensuel minimum est de :

Travailleurs indépendants

Risques Taux Plafonds mensuels
en pesos
Taux de cotisations au 1er janvier 2017
Vieillesse, invalidité, survivants 11,41 % +
entre 0,41 et 1,54 %1
2 002 892,55
Maladie - maternité 7 % 2 002 892,55
Accident du travail - Maladie professionnelle entre 0,95 et 3,4 %
suivant les risques
3 003 015,91

1 Taux fixe de 10 % versé sur le compte individuel + commission variable versée à l'AFP

Les travailleurs indépendants ont l'obligation de cotiser aux risques vieillesse-invalidité-survivants, accidents du travail et maladie-maternité.

Ils ne sont pas couverts pour le risque chômage.

Recouvrement

1/ Maladie-maternité

Organisme public

Organisme privé

2/ Vieillesse-invalidité-survivants et chômage