Les cotisations en Norvège

cotisations du 1er janvier au 31 décembre 2018

L'Assurance nationale (folketrygden), qui couvre toutes les branches à l'exception du régime d'allocations familiales (barnetrygden) et du régime de prestations en espèces pour garde d'enfant (kontantstøtten til småbarnsforeldre), est financée par une cotisation globale versée par les travailleurs salariés, les travailleurs indépendants et les employeurs, ainsi que par les subventions de l'État. Les prestations familiales et les prestations en espèces pour garde d'enfant sont entièrement financées par le budget de l'État.

Les titulaires de pension versent une cotisation (trygdeavgift) de 5,1 % sur le montant de leur pension. Ce taux est également applicable sur les revenus professionnels des travailleurs de moins de 17 ans ou de plus de 69 ans.

Les cotisations des salariés comme des travailleurs indépendants sont calculées sur la base du revenu brut pris en compte pour le calcul de la retraite, sans plafond. Il s'agit des revenus tirés de l'activité professionnelle ainsi que des indemnités journalières servies en cas de maladie, maternité, chômage et réadaptation.

La cotisation salariale ou issue d'une activité non salariée n'est pas due lorsque le revenu annuel est inférieur à 54 650 couronnes norvégiennes (NOK*). De plus, son montant ne doit pas représenter plus de 25 % du revenu de l'intéressé excédant 54 650 NOK.

1) Cotisations patronales et salariales

En 2018, la cotisation salariale s'élève à 8,2 %.

Le taux de la cotisation patronale est fonction de la localisation géographique de l'employeur (voir tableau ci-dessous). En règle générale, l'employeur cotise au taux plein de 14,1 %. Certaines régions bénéficient de taux réduits. Toutefois, même dans ces régions, le taux plein de 14,1 % est appliqué à certains secteurs d'activité.

Concernant la couverture des accidents du travail et des maladies professionnelles (yrkesskadeforsikring), l'employeur doit également verser des primes obligatoires auprès des compagnies d'assurance privées.

Taux de cotisations patronales en fonction des zones géographiques (2018)
Zone (1) Secteurs d'activité : ordinaires Secteurs d'activité : agriculture et pêche
I 14,1 % 14,1 %
Ia 10,6 % (2) 10,6 %
II 10,6 % 10,6 %
III 6,4 % 6,4 %
IV 5,1 % 5,1 %
IVa 7,9 % 5,1 %
V 0 % 0 %

(1) Consulter le classement des communes en fonction des zones.
(2) Un taux égal à 14,1 % s'applique pour les revenus excédant une franchise de 500 000 NOK (250 000 NOK pour les entreprises du secteur du transport de marchandises).

Recouvrement

Les cotisations sociales sont versées par l'employeur auprès d'un des bureaux locaux du Bureau national des Impôts :

Si l'employeur n'a pas d'établissement en Norvège, les cotisations patronales sont versées auprès du :

2) Cotisations des travailleurs indépendants

En 2018, les travailleurs indépendants cotisent au taux de 11,4 %(1).

Les non-salariés de moins de 67 ans ont la possibilité de souscrire volontairement à l'assurance accidents du travail, et de ce fait cotiser, pour une période minimum 1 an, à 0,4 % du revenu annuel estimé, plafonné à 12 fois le montant de base (grunnbeløp) en vigueur. Pour pouvoir souscrire à cette assurance, l'estimation des revenus annuels doit excéder le montant de base établi par arrêté royal 1 fois par an en fonction de l'évolution des salaires. Depuis le 1er mai 2018 et jusqu'au 1er mai 2019, le montant de base annuel est fixé à 96 883 NOK.

(1) Exception : les pêcheurs et les chasseurs bénéficient d'un taux de cotisation moins élevé ; il s'agit du taux appliqué aux travailleurs salariés, soit 8,2 %.

Recouvrement

Les cotisations sociales sont versées auprès d'un des bureaux locaux du Bureau national des Impôts :

Au 21 septembre 2018, 1 couronne norvégienne (NOK) vaut 0,10 euro.