Les cotisations en Islande

Cotisations du 1er janvier au 31 décembre 2022

Seuls l'employeur et les travailleurs indépendants versent une cotisation globale (tryggingagjald) au taux de 6,35 %*. Cette cotisation finance en partie les risques invalidité, vieillesse, survivants (pensions nationales), chômage, indemnité parentale, accidents du travail et maladies professionnelles.

* Soit un retour au taux prélevé en 2020, après une diminution provisoire en 2021 (6,10 %) liée à la crise sanitaire.

Les prestations de l'assurance maladie (soins de santé et indemnités journalières) sont financées par les impôts.

En plus de la cotisation globale, une contribution destinée à la retraite complémentaire doit être versée pour les travailleurs âgés de 16 à 70 ans (pour un travailleur salarié, au moins 8 % sont à la charge de l'employeur et 4 % à la charge du salarié). Son taux ne peut pas être inférieur à 12 %, mais les conventions collectives peuvent prévoir un taux plus élevé (en moyenne, l'employeur cotise plutôt à 11,5 %, ce qui donne une cotisation totale de 15,5 %, cf. Association islandaise des Fonds de pensions). Le travailleur, salarié ou indépendant, peut choisir d'effectuer un paiement supplémentaire (jusqu'à 4 % de ses revenus). Dès lors qu'un salarié effectue un paiement supplémentaire de 2 % ou plus, son employeur est généralement tenu de verser lui aussi une cotisation supplémentaire (disposition prévue par la plupart des conventions collectives). Les cotisations versées par le salarié sont déductibles des impôts (cotisation obligatoire + cotisation supplémentaire, dans la limite de 8 %).

L'employeur est également redevable d'une cotisation au Fonds islandais de réadaptation professionnelle VIRK, à hauteur de 0,10 % du salaire versé.

Les cotisations sont versées sur la totalité des revenus professionnels imposables.

Recouvrement

L'affiliation à un fonds de pension est déterminée par la convention collective applicable ou le contrat de travail. Plus d'informations.